La nuit prenait le pas sur le jour. A Olympia, l'attente devenait, pour beaucoup, angoissante. dans le camp des rebelles, l'avenir du royaume tout entier allait se décider. Aarkis attendait, faisant les cent pas sous sa tente, jetant, de temps à autre, un coup d'oeil sur la couronne que Kéréïs lui avait apportée. Avait-il eu tort de confier la jeune fille aux princes d'Eskéron? Il tournait et retournait cette question dans sa tête, imaginant le pire. Le prince Harald mit fin à ses angoisses. Il rejoignit Aarkis, suivi des autres seigneurs et de deux soldats qui soutenaient Kéréïs. Celle-ci fut rapidement jetée à terre et le Zalide sentit le remord l'envahir: le visage de la Reine était couvert de traces de coups, ses vêtements, déchirés, ses poignets, ensanglantés.

   - Elle n'a pas menti!, lança Harald.

Aarkis le regarda d'un air méprisant.

   - Vous en êtes sûr?, demanda-t-il.

   - Tout à fait! Personne ne ment quand je pose des questions! La ville est à nous!

   - Nous irons là-bas demain, à l'aube!, fit Aarkis pour toute réponse.

                         XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

   Postées sur le toit du Palais, des sentinelles donnèrent le signal indiquant l'arrivée d'Aarkis. Instantanément, tous se mirent en place dans la ville. Hans et Réhno, eux, surveillaient depuis la terrasse, dissimulés derrière la rambarde.

   - Kéréïs ne nous rejoint pas?, s'inquiéta le Roi au bout de quelques minutes. Réhno garda le silence. Hans réitéra sa question mais n'obtint pas davantage de réponse.

   - Où est-elle? Il lui est arrivé quelque chose?

A ce moment-là, Aarkis fit son entrée dans la ville mais il était trop loin pour qu'ils puissent distinguer les personnes. Hans saisit Réhno à la gorge et le maintint au sol.

   - Parle! Où est-elle?

Sonia, la fille d'Adriana, les rejoignit alors et réussit à les séparer. Hans était hors de lui; Réhno appréhendait de lui dire où se trouvait Kéréïs et préféra garder le silence. La tête de l'armée d'Aarkis était aux portes du Palais.

   - Réhno! Regardez!, s'écria Sonia.

Le prince de Zalis était là, parmi les premiers, entouré des princes d'Eskéron. Immédiatement à ses côtés se tenait Kéréïs, la tête couverte d'un voile aussi sombre que ses vêtements.

   - Eh! Mais, c'est ma couronne qu'il porte!, s'exclama Hans.

   - Silence!, ordonna Réhno. Tu veux tout savoir, hein?, ajouta-t-il, exaspéré. Aarkis n'a pas cru le messager, elle y est allée elle-même: c'était la seule solution! Puisqu'elle porte ce voile, c'est que tout a bien marché!

   - Elle a l'air...bizarre..., dit Sonia. Je descends!

La princesse partie, Hans regarda Réhno droit dans les yeux.

   - Prie pour qu'ils ne lui aient pas fait de mal!

Réhno soutint son regard sans faiblir.

   - Et toi, rétorqua-t-il, souviens-toi que c'était ton plan!

                       XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

   Aarkis aida Kéréïs à descendre de cheval. Elle avait du mal à se tenir debout et il dut la soutenir pour monter les marches. La couronne et les acclamations n'arrivaient pas à lui faire oublier ce qu'il avait laissé faire. Il ne pouvait apprécier complètement son entrée dans la cité des Dieux. A peine furent-ils entrés dans le Palais, qu'un jeune femme s'approcha d'eux. Sonia, car c'était elle, avait auparavant caché ses armes derrière l'escalier.

   - Ma maîtresse a l'air malade, dit-elle d'une petite voix en avançant vers Kéréïs avec prudence. Puis, elle prit le bras de la jeune fille qui grimaça de douleur. Je vais l'emmener dans sa chambre..., ajouta Sonia.

   - Elle reste avec nous!, lança l'un des compagnons d'Aarkis.

A cet instant, des hurlements retentirent à l'extérieur, suivis du fracas provoqué par les grandes portes qui se refermaient brusquement. Sonia profita d'un bref moment de confusion pour entrainer Kéréïs à l'écart. Des soldats surgirent de toutes parts, encerclant les princes, qui, sous la menaces d'archers, durent déposer leurs armes. Aarkis interpela alors Sonia.

   - Allez chercher un médecin! Votre Reine est gravement blessée!

 

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.