Kéréïs arriva au vieux temple en début d'après-midi. L'endroit était désert. Elle décida de pousser jusqu'à l'oasis. Des ossements humains à moitié enfouis dans le sable lui rappelèrent tous ces petits détails qui la rapprochaient de Hans et que Réhno ignorait. Le Conseiller n'aurait sûrement pas apprécié d'apprendre qu'elle aussi avait tué. Comme Hans.

Le Roi était bien là, assis à l'ombre d'un palmier. Il la regarda venir à lui, sans un mot. Il ne fit montre d'aucune surprise, ni d'aucun plaisir, de la voir. Comme s'il l'attendait déjà depuis tellement longtemps qu'il n'y croyait plus ou ne voyait plus l'intérêt de ces "retrouvailles". Elle s'assit à côté de lui, ôta sa couronne et la lui remit.

   - Je suis désolée, dit-elle. Sincèrement désolée... Je... voulais que... tu sois fier de moi... je voulais me montrer à la hauteur du meilleur Conseiller qu'Olympia ait jamais eu... et je suis allée trop loin... Si tu le veux bien, tu rentres avec moi et après la cérémonie, je m'en irai...

   - C'est ce que tu veux? Qu'on se...sépare?

   - Non...Mais si c'est le seul moyen pour qu'Olympia retrouve un Roi digne de ce nom...

Kéréïs faisait des efforts considérables pour se maîtriser. Elle était prête à faire tout ce qui était en son pouvoir pour convaincre Hans de revenir. Mais il lui semblait inconcevable de se jeter à ses pieds pour l'implorer de venir à la cérémonie. De plus, si elle le faisait, Hans la mépriserait et refuserait une fois pour toutes de continuer à régner.

   - Très bien..., dit-il au bout d'un moment.

   - Très bien? Comment ça, très bien?

   - Puisque c'est la meilleure solution pour tout le monde, j'irai à la cérémonie...

   - Merci!, s'écria-t-elle, ravie. Merci! Merci! Merci!

Mais son enthousiasme devait rapidement disparaitre.

   - Après ça, poursuivit Hans, tu pourras quitter la ville, avec Réhno, je suppose... Quant à moi, je ferai en sorte de réaliser un de tes souhaits: afin qu'il n'y ait plus de guerres et que les liens entre les royaumes soient plus forts, j'épouserai Sonia...

   - Tu ne feras pas ça!

   - Et pourquoi pas?

   - Elle sera morte avant!

   - Par les Douze Dieux! Morte de quoi?

Kéréïs empoigna sa dague et la brandit sous le nez de Hans qui feignit de l'ignorer.

   - De ça!, répondit-elle aussitôt.

D'un geste vif, Hans saisit le poignet de Kéréïs et l'obligea à lâcher son arme. Elle essaya de se relever mais il la maintint fermement, sans avoir l'air de forcer. Il la regardait droit dans les yeux. Un regard plein de haine qui fit subitement comprendre à Kéréïs qu'elle pouvait mourir d'un instant à l'autre, comme ces pauvres gens, à Olympia. Une vague de terreur la submergea tandis qu'elle fournissait un dernier effort, désespéré, pour se libérer de l'étreinte de Hans. Sans succès. Au contraire, celui-ci la déséquilibra et elle vint tomber à ses pieds. Il prit la dague et en appuya la pointe sur le cou de Kéréïs.

   - Si tu essayes de quitter Olympia, c'est moi qui te tue!, siffla-t-il entre ses dents. C'est clair?

Kéréïs le regarda, abasourdie.

   - C'est la première fois que tu me menaces vraiment...

   - Tu crois ça?, rétorqua-t-il. J'ai posé mon poignard sur ta gorge des dizaines de fois, alors que tu dormais! Avant que tu ne partes avec Aarkis et plus souvent encore après que tu sois revenue! Tu n'aurais même pas su qui était ton assassin! Chaque fois, pourtant, je suis reparti sans te toucher et aussi discrètement que j'étais venu!

   - Les gardes t'auraient dénoncé!, s'écria-t-elle tout en frémissant.

   - Les gardes? Les gardes n'obéissaient qu'à moi... et c'était moi qui les postais!

   - Si tu me hais à ce point, pourquoi tiens-tu tant à ce que je reste?, s'exclama-t-elle.

   - Justement! Le problème est là!, dit-il en plantant la dague dans le sable. Je t'en veux parce-que... parce-que je ne te hais pas! Pas suffisamment pour vouloir que tu partes... ni pour te tuer!   

   - Ca me parait quelque peu compliqué, tout ça!

   - Je sais! C'est confus pour toi, autant que ça l'a toujours été pour moi! Mais c'est ainsi! Mets un pied hors de la ville et je te tranche la gorge!

   - Mais je ne veux pas partir! Je n'en ai pas envie!

   - Le pouvoir commence à te plaire, hein?

   - Je m'en fiche du pouvoir! Je veux rester avec toi!

La surprise se lut instantanément sur ses traits et ceux de Hans.

   - Tu peux répéter?

   - Je veux rester avec toi!...c'est assez clair, non?

   - Mais pourquoi tu ne l'as pas dit plus tôt?

   - Je viens juste de m'en apercevoir! Je n'en savais rien!

Hans parut réfléchir un instant, les sourcils froncés et les lèvres pincées.

   - Moi aussi!, dit-il soudain.

   - Quoi?

   - Moi aussi! Je veux rester avec toi!... Mais je t'en veux toujours pour ça!

   - Tant que tu me laisses en vie, je ne vois aucun inconvénient à ce que tu me détestes!

   - Il y a encore un problème de taille!, continua Hans.

   - Ah! Bon? Vraiment?

   - Oui... Je m'installe dans tes appartements ou c'est toi qui viens vivre dans les miens?

 

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.